Cynthia Pedrosa

j’ai exercé pendant 20 ans en tant que travailleuse sociale,
la question de l’individu a toujours été au centre de ma pratique artistique. Et l’art un support dans
la relation avec les personnes que j’accompagnais.
J’ai fait la rencontre d’un artiste, qui m’a initié aux différentes techniques fusain et huile pendant 10
ans. Celle-ci a été révélatrice dans ma décision de me professionnaliser.
Mon travail se situe en premier temps, dans une démarche de recherche autour du trait au fusain
qui me guident vers une émotion, puis une rencontre avec des personnages.
L’expression de ceux-ci amène le contexte, ainsi le personnage prends sa place dans un
environnement, une réalité propre à lui. C’est un contraste entre l’imaginaire et le social.
Pour moi, l’individu est la véritable réalité de la vie à mon sens, un univers en soi. Je travaille autour
de la profondeur de l’individu entre contrainte et émancipation.
Mes réflexions se situent autour de la norme et de l’individu, celui-ci pouvant être considéré comme
un risque pour les pouvoirs lorsqu’il est autonome parce qu’il ne souscrit pas aux schémas imposés.
Un relais de règles destinées à contenir le développement réel de l’humain, dans cette idée l’individu
est un être de “péchés” ce qui conduit à une uniformité de comportements et promeut l’obéissance
et la soumission et donc à une uniformité.
Dans ce sens mes personnages sont dans une démarche de résistance.
Ils représentent une critique de la société mais aussi des univers personnels. Certains ont des
frontières assez floues entre la féminité et la masculinité. Lorsque je dessine je ne pense pas au sexe
du sujet, et cela m’importe, quelquefois il n’apparaît pas d’ailleurs. C’est dans cette idée que je parle
aussi de réalité de soi, ma réalité, la votre, n’est pas forcément celle de la société elle est propre à
soi. Elle peut sortir d’une construction sociale et d’une catégorisation de l’individu.
Chaque individu est un univers, unique merveilleux et original.
Ainsi dans mes dessins, on peut retrouver l”idée d’un collectif sans interaction entre eux, chaque
être avec son histoire ses désirs propres, ses projections tout en étant dans un collectif où le respect
de l’autre et de ses représentations prône. A mon sens passer par la libération de l’individu émancipe
la collectivité.